Outlook 2024 : mise à jour semestrielle et perspectives financières

19 Juin 2024 -
Christofer Govaerts
Chief Strategist
Christofer Govaerts - Chief Strategist

Début novembre 2023, nous avons présenté notre vision sur les rendements attendus pour les différents profils de risque pour 2024. Aujourd'hui, le moment est venu de voir dans quelle mesure notre scénario de rendement initial pour les différents profils de risque s'est concrétisé, ne s’est pas concrétisé ou est en voie de concrétisation.

Jusqu'à présent, les résultats sont mitigés, avec des surprises tant positives que négatives : 

Het resultaat toont dusver

Gauche : scénario établi le 03/11/23 - Droite : résultat au 31/05/24

Un environnement modifié depuis novembre 2023

Le scénario retenu par de nombreux observateurs au début du mois de novembre 2023 était que l'inflation était maîtrisée et que la tendance déflationniste se poursuivrait jusqu'en 2024. Sur cette base, il était normal d'inclure également des anticipations de baisse des taux directeurs pour l'année civile en cours. Toutefois, la situation a considérablement changé aujourd'hui :

  • La tendance déflationniste se heurte à certains obstacles qui pourraient empêcher d'atteindre l'objectif d'inflation de 2% en glissement annuel dans les pays développés cette année. Cela est dû en partie à l'inflation persistante dans le secteur des services.
  • Par conséquent, les banquiers centraux n'ont cessé d'ajuster leur discours. En fin de compte, même si des baisses de taux d'intérêt seront réalisées, il n'y a pas d'urgence à ce qu’elles aient lieu à court terme. Par conséquent, l'agenda des taux d'intérêt a été modifié dans le temps (reporté) et dans la fréquence (nombre total de baisses de taux d'intérêt).
  • Au début de l'année, nous prévoyions 6 baisses de taux d'intérêt de 25 points de base pour les Etats-Unis et 6 à 7 baisses de taux d'intérêt dans la zone euro. Aujourd'hui, nous ne parlons plus que de 1 à 2 baisses de taux d'intérêt pour les Etats-Unis et de 2 à 3 baisses de taux d'intérêt dans la zone euro pour l'ensemble de l'année 2024. Cela a évidemment eu un impact sur certaines classes d'actifs.- 

Qu'est-ce qui n'a pas fonctionné jusqu'à présent ? - Investissements défensifs à revenu fixe (obligations d'Etat)

Il est clair que le changement de scénario ci-dessus concernant les taux d'intérêt a été décevant pour les investisseurs obligataires qui craignent le risque. 

  • Les chiffres des rendements à 10 ans doivent également être relativisés, car l'euphorie de novembre et décembre 2023 avait déjà provoqué une chute spectaculaire des taux d'intérêt. Au 1er janvier 2024, la référence pour les rendements des obligations d'Etat à dix ans était de 2% ( !) en Allemagne et de 3,85% ( !) aux Etats-Unis. A la fin de l'année 2023, nous avions donc déjà pris une avance considérable sur l'avenir.
  • En bref, le rendement réalisé au quatrième trimestre 2023 correspondait déjà à peu près au rendement que nous attendions pour l'ensemble de l'année 2024. Ce rendement a donc été en grande partie perdu au cours du premier semestre.
Christofer Govaerts - Chief Strategist

"Ce sont les grandes entreprises technologiques qui ont fait la pluie et le beau temps"

 

Qu’est-ce qui a bien fonctionné, et même mieux que prévu ? Les actifs risqués

Jusqu'à présent, les chiffres montrent clairement que les actifs à risque ont obtenu de bons, voire d'excellents résultats. Les marchés d'actions ont continué sur la lancée du rallye de fin d'année 2023, à l'exception du mois d'avril, le seul mois de 2024 à avoir enregistré des résultats décevants. Les "moteurs" responsables de cette évolution ont été les suivants :

  • Une belle saison de bénéfices, tant pour le quatrième trimestre 2023 que pour le premier trimestre 2024, qui a été tout à fait conforme aux attentes, bien que la barre ait été placée très haut.
  • Des perspectives légèrement meilleures pour le cycle économique mondial, les Etats-Unis n'ayant pas encore entamé leur atterrissage cyclique, contrairement aux attentes.
  • Comme l'année dernière, ce sont les grandes entreprises technologiques (par exemple les "7 magnifiques") qui ont fait la pluie et le beau temps (par exemple AI et Nvidia) et qui ont été responsables de la performance déjà excellente des marchés boursiers en tant que poids lourds des indices boursiers mondiaux.
  • Enfin, les obligations plus risquées ont surfé sur la vague réjouissante des actions (haut rendement et, dans une certaine mesure, marchés émergents). Les obligations d'entreprise de qualité ont jusqu'à présent réussi à limiter les dégâts.

 

"Nous prévoyons toujours un meilleur second semestre"

 

Deuxième semestre de l'année - Nouvelles attentes et feuille de route pour des rendements "normaux"

Bien que les obligations n'aient pas encore produit les rendements espérés depuis le début de l'année, nous prévoyons toujours un meilleur second semestre, grâce à un environnement de taux d'intérêt plus favorable. En ce qui concerne les actions, le sentiment du marché reste favorable et nous revoyons donc nos prévisions à la hausse. Pour conclure, nous présentons quelques considérations supplémentaires pour le second semestre de l'année : 

  • Géopolitique : les principales élections sont derrière nous, à l'exception d'une, "la big one" pour 2024, à savoir les élections aux Etats-Unis qui auront lieu le 5 novembre 2024. Sur le plan géopolitique, la guerre commerciale avec la Chine reste un frein aux tendances commerciales mondiales, récemment souligné par de nombreuses institutions telles que le FMI, la Banque mondiale et l'OCDE. Les tendances récentes en matière de protection des technologies entre les principaux blocs commerciaux en sont une preuve supplémentaire.
  • Effets saisonniers : l'été et le début de l'automne sont des mois traditionnellement volatils, comme l'ont montré les dernières années. Cette année ne sera certainement pas différente en raison de la campagne électorale américaine. Il n'est pas exclu que des périodes plus volatiles surviennent au cours de la période août/septembre, avec peut-être quelques prises de bénéfices intermédiaires. D'un autre côté, lorsque la poussière sera retombée et que tout sera clair après le 5 novembre, il y a de fortes chances que nous soyons prêts pour une dernière poussée lors d'un rallye de fin d'année.
Tabel met update juni 2024

Gauche : scénario 2024 établi le 03/11/23 - Droite : scénario 2024 mis à jour le 14/06/2024


Articles associés

Image of stock market graphs Economie mondiale Article
17 Juin 2024

Nagelmackers Invest (juin 2024)

Image op stock market graphs Economie mondiale Article
16 Mai 2024

Nagelmackers Invest (mai 2024)

Image of stock market graphs Economie mondiale Article
17 Avril 2024

Nagelmackers Invest (avril 2024)