19 mars 2020

Pandémie du coronavirus : impact économique considérable mais temporaire

Olivier Colsoul

Macro Economist

Si cela était encore considéré comme un scénario très négatif il y a quelques semaines, il ne fait aucun doute que l'expansion mondiale la plus durable qui ait été enregistrée prendra fin ce trimestre.

Abonnez-vous à notre newsletter

C’est ce que disent de plus en plus d’économistes, après avoir révisé drastiquement leurs prévisions, à la lumière des dernières chiffres chinois en chute libre (production industrielle, investissements, ventes au détail). Les révisions sont encore très disparates entre les bureaux d’économistes indépendants.

Nul doute aussi que les grandes instances internationales vont devoir revoir sérieusement leurs perspectives.  Les dernières prévisions, plus alarmistes encore que toutes les précédentes, proviennent de la banque d’affaires américaine JP Morgan, laquelle prévoit une dégringolade vertigineuse de l’activité. Ainsi, les estimations pour le 1er trimestre font état d'une récession mondiale considérable (-12%), tirée par le bas par la Chine (-41%) et la zone euro (-15%). Les Etats-Unis s’effondreraient au 2e trimestre (-22%).

Toutefois, ces contractions massives et effrayantes ne devraient être que de courte durée et s’étaler uniquement sur un, voire deux trimestres, le temps que les mesures de confinement agissent efficacement. Par la suite, des rebonds fulgurants sont attendus, d’abord en Chine, puis en Europe et aux Etats-Unis. En termes annuels, et malgré les deux premiers trimestres catastrophiques, JP Morgan estime, malgré tout, que le PIB mondial augmentera légèrement (+0,5%), tiré notamment par la Chine (+5,1%), ce qui annulerait les récessions américaines (-1,8%) et de la zone euro (-0,1%).

Ces évolutions extrêmes ont de quoi déboussoler les investisseurs mais elles sont finalement assez logiques : au plus l’activité va plonger, au plus elle sera susceptible de rebondir, une fois le creux de la vague passé. Mais pour cela, il faut apporter tout le soutien possible à la survie de l’économie mondiale via toute une série de mesures. Bien que leurs réponses initiales furent parfois tâtonnantes, décevantes, maladroites et non coordonnées, nous avons désormais confirmation de l’engagement des Etats et des banques centrales dans la gestion de cette crise économique. Les mesures de soutien annoncées jour après jour par les grands pays sont de plus en plus importantes et continueront de l’être si nécessaire.

Cette crise sanitaire et économique est radicalement différente de la crise financière de 2008. Elle entraînera elle aussi une intense mais brève récession mondiale. L’économie sera quasiment à l’arrêt pendant des semaines et les impacts sur la croissance, sur les ménages et sur les entreprises sont extrêmement difficiles à estimer.

Après la Chine, l’Europe a mis quelques semaines à réaliser qu’elle allait vivre l’expérience inédite d’un confinement sévère, à l’échelle d’une grande partie de sa population. La bataille sanitaire pour maîtriser la diffusion du virus et contenir le bilan humain n’a pas d’autre alternative. Les banquiers centraux et les Etats peuvent venir en aide à l’économie pendant un, deux voire plusieurs mois mais pas un an et demi, le temps estimé pour avoir un vaccin. Il serait temps aussi pour la première économie mondiale d’agir au plus vite pour confiner le pays et contrôler sérieusement la propagation du virus. Pour reprendre les mots d’un financier américain intervenant hier sur CNBC : «So Mr. President, shut the economy down. Right now!».

Restez informé

En vous abonnant à la newsletter de la banque, vos données à caractère personnel sont recueillies par la Banque Nagelmackers S.A., responsable de traitement, dont le siège social est situé Avenue de l’Astronomie 23 à 1210 Bruxelles, numéro d’entreprise 0404.140.107. Sauf opposition de votre part, ces données sont traitées à des fins de marketing sur la base de l’intérêt légitime de la banque (liberté d’entreprendre et marketing direct).

Pour toute information complémentaire, nous vous invitons à prendre connaissance de la Déclaration Vie Privée de la banque, disponible sur nagelmackers.be/fr/vie-privee et dans toutes les agences de la banque.

Pour pouvoir vous transmettre ses offres commerciales par courrier électronique, la banque a également besoin de votre consentement préalable. Ce consentement n’est toutefois pas indéfini. Vous avez toujours la possibilité de nous informer de votre volonté de ne plus recevoir de publicités par courrier électronique, en vous désinscrivant de notre liste de marketing par courrier électronique.

Si vous ne souhaitez pas donner votre consentement, vous ne recevrez pas d’offres commerciales par courrier électronique pour les produits et services financiers commercialisés par la banque.

Par la présente, je déclare avoir pris connaissance de ce qui précède et donne mon consentement à la banque de m’adresser ses offres commerciales par courrier électronique.

Je comprends, par ailleurs, que j’ai le droit de m’opposer au traitement de mes données à caractère personnel pour des finalités de marketing direct.

Quel est votre objectif ? Parlez-en à un conseiller Nagelmackers. Ensemble, vous élaborerez une stratégie à long terme.

Prenez rendez-vous